Les comportements financiers des Francais by André Babeau

By André Babeau

Pourquoi les Français ont-ils un taux d'épargne aussi élevé ? Pourquoi recourent-ils de façon modérée au crédit ? Pourquoi leur patrimoine financier est-il si minoritaire dans le overall de leurs actifs ? À toutes ces questions, on a cru pendant un demi-siècle pouvoir apporter aisément des réponses définitives : cycle de vie, choix de portefeuille... and so on. En réalité, il n'en était rien ; arrive un second où, comme dans le conte d'Andersen, il faut dire " le roi est nu ". En France en effet, comme d'ailleurs dans les autres can pay avancés, les comportements financiers des particuliers (épargne, crédits, logement, pensions de retraite, transmissions aux jeunes générations) sont plus complexes que ce que l'on avait envisagé jusqu'ici. En particulier, les interactions entre variables " réelles " (revenu, consommation, investissement) et variables financières (emprunts, dépôts bancaires, créances sur les sociétés d'assurance vie) sont beaucoup plus nombreuses qu'on ne le pensait. Il faudra donc dorénavant tenir compte de cette complexité non seulement dans los angeles prévision des variables réelles, qui laisse encore souvent beaucoup à désirer, mais aussi dans l'indispensable prévision des variables financières jusqu'ici complètement ignorée et qui, à l'avenir, sera un élément very important de l. a. surveillance du risque systémique. Après avoir utilisé un cadre d'analyse aussi huge que attainable et renvoyant, dans tous les domaines des comportements des ménages, de los angeles macro à l. a. micro-économie, André Babeau en vient, pour participer à los angeles nécessaire reconstruction, à suggérer un programme de recherches portant notamment sur de nombreuses informations encore manquantes. Un programme qui, à n'en pas douter, s'étendra sur plusieurs lustres.

Show description

Read Online or Download Les comportements financiers des Francais PDF

Similar french_1 books

Les troubles du sommeil

Ce livre fait le aspect sur les différents issues : insomnie, hypersomnie, problems du rythme circadien, parasomnie, après avoir rappelé en détail les elements neurobiologiques et physiologiques du sommeil general chez l'enfant,l'adulte et le sujet âgé et exposé les différentes méthode d'exploration. Enfin, le dernier chapitre fait le lien entre les problems du sommeil et les différentes spécialités médicales : neurologie, cardiologie, pneumologie, pédiatrie, psychiatrie, infectiologie, ORL, rhumatologie, immunologie.

Extra info for Les comportements financiers des Francais

Example text

Nous faisons référence ici, pour la France, aux résultats de travaux effectués au BIPE et au CREDOC à partir de l'enquête Budget des ménages de l'INSEE, complétés par des observations qui ont pu nous être communiquées pour des pays étrangers (Japon, États-Unis). 3. "Anomalies: Saving, Fungibility and Mental Accounts", The Journal of Economie Perspectives, vol. 4, n° 1, hiver 2010, pages 193-205. 54 Les grands choix financiers des ménages Pour les ménages dont l'âge de la « personne de référence » ne dépasse pas 25 ans, nous avons souvent trouvé des taux d'épargne négatifs.

Or il n'est pas difficile pourtant de concevoir que tel peut être cependant le cas, bien vu par Modigliani, par exemple à l'occasion de l'achat d'un deux-roues ou d'un quatre-roues largement financé à crédit. S'agissant de l'ensemble des ménages de moins de 25 ans, pour les premières années du siècle, nous faisons ressortir au BIPE des taux d'épargne bruts faiblement négatifs (-5 ou -6 % du RDB). Autour de 30 ans, le taux d'épargne est généralement devenu positif: certains ménages ont alors commencé de devenir propriétaires et ont donc constitué un apport personnel ; étant « accédants » à la propriété, ils remboursent des emprunts, ce qui contribue à comprimer leur consommation ; avec la progression dans la carrière professionnelle, le taux d'épargne est ensuite assez régulièrement croissant jusqu'au moment de la cessation d'activité où il est alors supérieur au taux d'épargne moyen (peut-être 18 à 19% pour un taux moyen de 15 %).

John Maynard Keynes énonce en 1936 « la loi fondamentale » de l'épargne faisant la distinction entre le taux d'épargne moyen et le taux d'épargne marginal (sur les derniers revenus encaissés), distinction reprise plusieurs fois dans la Théorie générale : le taux marginal d'épargne d'un individu doit normalement être plus élevé que le taux moyen puisqu'il est calculé sur les derniers revenus encaissés. Keynes faisait référence au revenu absolu : de deux individus ayant à un même moment des revenus différents, celui qui a le revenu le plus élevé doit aussi avoir le plus fort taux d'épargne.

Download PDF sample

Rated 4.61 of 5 – based on 19 votes