Au commencement était le verbe: Syntaxe, sémantique et by Franck Neveu (ed.), Peter Blumenthal (ed.), Nicole Le

By Franck Neveu (ed.), Peter Blumenthal (ed.), Nicole Le Querler (ed.)

Cet ouvrage réunit vingt-deux articles, portant sur los angeles linguistique du verbe (morphologie, syntaxe, sémantique, pragmatique), mais aussi sur des questions de typologie des langues, de prosodie et d’analyse de discours. Des spécialistes reconnus de ces différents domaines ont ainsi souhaité rendre hommage au Professeur Jacques François, dont les recherches ont couvert un huge périmètre et ont contribué activement au développement de l. a. technological know-how linguistique au cours de ces vingt-cinq dernières années.

Show description

Read or Download Au commencement était le verbe: Syntaxe, sémantique et cognition: Mélanges en l'honneur du Professeur Jacques François PDF

Best french_1 books

Les troubles du sommeil

Ce livre fait le element sur les différents issues : insomnie, hypersomnie, problems du rythme circadien, parasomnie, après avoir rappelé en détail les elements neurobiologiques et physiologiques du sommeil basic chez l'enfant,l'adulte et le sujet âgé et exposé les différentes méthode d'exploration. Enfin, le dernier chapitre fait le lien entre les problems du sommeil et les différentes spécialités médicales : neurologie, cardiologie, pneumologie, pédiatrie, psychiatrie, infectiologie, ORL, rhumatologie, immunologie.

Additional resources for Au commencement était le verbe: Syntaxe, sémantique et cognition: Mélanges en l'honneur du Professeur Jacques François

Example text

Parmi celles-ci, on notera d’abord que, dans (26) et (27), en effet pourrait être en incise ((28) et (29)), voire précédé d’une ponctuation forte ((30) et (31)), ce qui est impossible avec car : (28) Paul soutient Marie, en effet/*car, elle lui a promis un poste (29) Paul soutient Marie, en effet/*car, il distribue des tracts de la liste qu’elle présente (30) Paul soutient Marie. En effet/*Car, elle lui a promis un poste (31) Paul soutient Marie. En effet/*Car, il distribue des tracts de la liste qu’elle présente En effet en incise pourrait par ailleurs très bien être inséré dans le second énoncé, position que car ne peut absolument pas occuper : (32) Paul soutient Marie.

10b) Paul soutient Marie car elle lui a promis un poste. (11a) Paul ne soutient pas Marie parce qu’elle lui a promis un poste. (11b) Paul ne soutient pas Marie car elle lui a promis un poste. 34 Michel Charolles (11a) se prête à deux lectures. Dans la première interprétation, la négation ne porte ni sur le fait (F1) que Paul soutient Marie, ni sur le fait (F2) qu’elle lui a promis un poste, qui sont présupposés, mais uniquement sur la relation causale (F2 Cause F1) indiquée par parce que. Dans cette lecture, les deux phrases reliées par parce que sont fusionnées et ne forment qu’un seul énoncé.

En pour atterrir sur le dernier reprenant E-1 ou E-n. ), que en effet signale que l’énoncé qu’il introduit ainsi que d’autres susceptibles d’apparaître dans la suite doivent être envisagés comme justifiant E-1 ou En. Lorsque l’énoncé E1 dans lequel il figure suffit pour confirmer E-1 ou En, en effet ouvre une séquence qui est aussitôt fermée, et il commute avec car. Mais, comme il arrive très souvent que, pour justifier un fait on soit obligé de faire allusion à toute une série de faits incapables à eux seuls de justifier E-1 ou E-n, en effet offrirait aux locuteurs/rédacteurs la possibilité de prévenir les auditeurs/lecteur que tel est le cas ou, pour le moins, risque d’être le cas.

Download PDF sample

Rated 4.32 of 5 – based on 3 votes